C’est avec grand fracas que Jean-Marie fut tiré de son sommeil, Christina remontait énergiquement les volets des fenêtres.

— Bonjour ! Allez, on se réveille, une grande et importante journée commence !

Toujours entièrement nu et attaché au lit, il frissonna. L’urine de la veille lui piquait le torse et sa peau brûlée sous les entraves le démangeaient fortement. Il était las, affamé et sa gorge sèche affreusement tiraillée par la soif. La position immobile et inconfortable faisait énormément souffrir son pauvre dos tordu par une cyphose. La nuit passée lui avait semblée interminable et à présent, au vu de ce que Christina lui avait fait subir la veille, son annonce joviale ne laissait rien présager d’enviable.

Des heures durant, elle avait passé en revue leurs premiers échanges sur Internet, ses premières promesses et leurs premiers moments en couple. Ce faisant, elle avait appliqué à la lettre nombre de ses métaphores ou plutôt, traits d’humour légendaire, ou encore, grossièrement imité ce qu’elle prétendait avoir subi de sa part et ce, imperturbable sous ses airs de Sainte-Nitouche.

Après lui avoir uriné dessus, puis posé des pinces à linge sur ses mamelons qu’elle avait tirées ou tordues de temps en temps, elle avait entrepris de le sodomiser de force à l’aide d’un cierge tout en lui susurrant à l’oreille : Ah ce que j’aimerais te faire traverser le mur ! Quand elle eut fini sa longue et brutale besogne, que ses cris étouffés n’avaient pu interrompre, elle lui avait reproché ne pas avoir aimé, ni même joui. Mais t’es vraiment qu’une chienne, tu ne veux pas prendre dans le cul ! Et si ça ne te plaît pas, je retourne voir mon ex qui, elle au moins, sait jouir ! Avait-elle hurlé au bord de l’hystérie pour retrouver, comme entre chaque séance de torture, son sourire angélique... si démoniaque.

Elle lui avait alors fait promettre de garder le silence et de ne parler que si elle le lui autorisait avant de retirer son bâillon. Sous peine de quoi, il risquait de voir fortement endommagé ce qui faisait de lui un homme dans toute son extension. Effrayé par ce dont elle était visiblement capable, il avait opiné. La bouche à peine libérée, elle y avait fourré le cierge qu’elle s’était appliquée à manipuler dans des va-et-vient longs et profonds : Tu ne te rends pas compte à quel point je t’aime… mais si, tu suces tellement bien !

Ses prières pour qu’elle en finisse là ne s’étaient pas faites entendre. Le cauchemar n’avait eut l’air de commencer à peine et il ne s’était pas trompé. La main libre de Christina avait glissé sous sa tête pour agripper fermement ses cheveux à leur racine et pousser puis tirer énergiquement tout son crâne d’avant en arrière : Tu aimes ça hein, te faire secouer la tête ? Mmh ? Il avait bien cru suffoquer et y rester, or, elle s’était arrêtée à temps pour préparer la suite, calmement.

Parfois, alors qu’il ne s’y attendait pas, elle lui avait violemment asséné un coup du plat de la main dans le ventre et s’était justifiée, la moue capricieuse: J’avais envie ! Et à d’autres, elle lui avait plaqué un miroir contre son visage pour lui rappeler combien il était laid et qu’elle ne comprenait pas ce qu’elle faisait avec un homme de la sorte ni pourquoi il n’endiguait pas le problème à coups de chirurgie esthétique.

Cette traînée était devenue complètement folle, bonne à enfermer ! Elle ne perdait rien pour attendre, se promit Jean-Marie. Et la voilà qui n’en avait pas fini avec lui… que fomentait-elle donc de si tôt matin? La réponse ne se fit pas attendre et lui picora l’estomac comme le ferait le poulet d’un mauvais augure.

— Ce matin commence ton procès. J’espère que tu as un bon avocat hihihi !

Fraîchement coiffée et maquillée, elle était vêtue d’un tailleur strict que le décolleté plongeant et la jupe à la coupe courte rendaient débilitant et faisaient naître des fantasmes de secrétaire fessée dans la perverse imagination d’un homme comme lui… dans d’autres circonstances.

Sûre d’elle, elle martela le sol de ses talons, puis, dans un grincement sinistre elle tira un petit bureau de bois jusqu’au pied du lit où elle y laissa choir avec claquement un dossier épais. Elle prit ensuite une chaise, mit ses lunettes et s’installa.

— Bien. Commençons, veux-tu ? Suis-je bête, tu ne peux me répondre avec ta nouvelle muselière. Ca te changera. Je déclare donc la séance ouverte ! Le prévenu a été mis en examen pour les crimes et les délits suivants : abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de faiblesse d’une personne en état de sujétion psychologique et physique, cruauté mentale et physique, agression sexuelle avec violence…

Ce fut le second jour.