Au commencement, le pervers créa la victime.
Elle était sensible, intelligente, jolie, et surtout généreuse. Il était vide, de sens, d’amour et d’humanité.
Le pervers dit : que la victime soit ! Et la victime fut.
Le pervers vit que sa victime était bonne ; et le pervers la sépara d’avec les siens.
Le pervers appela la victime chose, et il appela les siens ennemis. Ainsi, il y eut une emprise, et il y eut sa fuite. Elle venait de se libérer de lui mais il ne le savait pas encore : ce fut le premier jour.

Lire la suite