Cependant, cette fois-ci j’avais oublié l’avoir déjà fait chauffer et je lui resservis un tour gratuit de manège. Lorsque j’ouvris la porte du micro-onde, rien à l’horizon, la surface de l’eau était calme, elle ne semblait même pas être parvenue à ébullition. Je la saisis et la posai sur le plan de travail, je choisis un sachet de thé et c’est au moment où celui-ci toucha le liquide que tout explosa : « BOUF ! »

Ahurie, je tentai de comprendre ce qu’il venait de se produire : un nuage de vapeur se dissipait, le sachet de thé avait disparu, la tasse était vide, le plafond gouttait et le sol était éclaboussé jusqu’au salon. J'étais en état de choc mais je parvins toutefois à comprendre que ma main se trouvait au-dessus de la tasse avant l’explosion et j’eus l’heureux réflexe d’ouvrir l’eau froide pour l’y doucher une bonne dizaine de minutes.

Les brûlures ne se sont réveillées qu’un quart d’heure plus tard, moment où je réalisai que j’avais eu beaucoup de chance car la puissance de l’explosion fut telle que l’eau bouillante s’est refroidie voire, pour partie évaporée avant même d’atteindre mon visage, heureusement intact. Toutefois, bien qu'à présent enduite de crème, ma main morfle et je vous écris cette mésaventure avec grand peine.

Explication

Après quelques recherches sur Internet, il apparaîtrait que ce type de phénomène, tel qu’il a par exemple été décrit dans un hoax[1] circulant sur la Toile depuis 1999, est assez rare et se produit si l’eau a été surchauffée dans un récipient propre, sans défauts, ni autres matériaux étrangers comme du sucre ou du café en poudre.

Tout d’abord, il faut comprendre le fonctionnement du micro-onde : pour chauffer un aliment, il envoie des ondes électromagnétiques qui font vibrer les molécules d’eau contenues dans celui-ci. Ce sont ces vibrations qui créent la chaleur et plus il y a de l’eau dans un aliment, plus celui-ci chauffera facilement et rapidement.

Dans le cas de « l’eau qui explose », l’eau surchauffée atteint la température au-dessus du point d’ébullition (100°C), où elle devrait normalement former un gaz.

Le piège réside dans le fait que cela ne se voit pas car l’ébullition est entravée par le manque de sites de nucléations nécessaires à la formation de bulles, donc, en d’autres termes, l’eau ne bout pas parce qu’il n’y a pas d’aspérités et d’irrégularités dans le récipient (ceux en verre sont à l’évidence les plus susceptibles d’être à l’origine de ce type de phénomène car leur surface est presque parfaite).

Double piège, le contenant en lui-même n'est pas chauffé par le micro-onde, c'est pourquoi l'anse d’une tasse reste froide même si l’eau est chaude, voire surchauffée dans notre cas…

Triple piège, l’eau ne refroidit pas et reste à cette température au-dessus de 100°C car elle ne peut pas être refroidie grâce à l’ébullition.

Quadruple piège, l’eau n’explosera dans le récipient qu’au moment où il y sera déposé quelque chose (une cuillère, un sachet, du sucre, etc.) qui lui permettra enfin d’entrer en ébullition : toute l’énergie qui n’a pas pu se libérer normalement lors de la cuisson se retrouve dégagée en très peu de temps provoquant une explosion restreinte mais impressionnante et qui peut occasionner des brûlures allant du premier au second degré.

Morale

Pour chauffer de l’eau, préférez la bonne vieille bouilloire électrique. Pour ma part, la leçon m’a suffit. Quant aux autres liquides, si vous craignez une explosion de ce genre, il y a moyen d’éliminer complètement ce risque en laissant un objet non métallique dans le récipient (une cuillère en bois ou en plastique).

Bonus

Cette catastrophe culinaire me rappelle à la mémoire une anecdote micro-onde bien plus drôle et qui n'a, heureusement, occasionné aucun dégât physique.

Adolescentes, mon amie et moi discutions dans sa cuisine tandis qu'elle se préparait un en-cas. Je n'avais jamais utilisé de micro-onde car il n'y en avait jamais eu à la maison, ma mère était contre, cependant, il me semblait qu'il ne servait pas à cuire un œuf[2]. C'est pourtant bien ce qu'elle fit, en m'affirmant, très sûre d'elle, qu'elle avait l'habitude T'occupe, je le fais tout le temps..

TING !, fit l'engin et c'est tout en continuant de parler, qu'elle sortit le bol contenant l'œuf, puis le déposa à table où nous nous assîmes, moi en face d'elle, de l'autre côté, bien loin. L'instinct sans doute, parce que lorsqu'elle saisit son couteau pour l'assener sur la coquille, il y eut un très grand BOUF !.

Une fois le nuage de vapeur d'œuf dissipé, apparu sous mes yeux ébahis la tête de mon amie. Le couteau toujours à la main, figée dans le geste, elle avait les cheveux ébouriffés et collés vers l'arrière par du jaune d'œuf cuit. C'est précisément à ce moment là qu'elle prononça ces mots demeurés mythiques: Bordel de queues ! Sur cette divine sentence, le chien s'extirpa du divan et entreprit de se délecter des restes. Nous le regardâmes bouches bées pendant un long moment au bout duquel je proposai de faire bouillir une casserole d'eau.

Au fait…

J’ai retrouvé le sachet de thé, dans un bien drôle d’état, de l’autre côté de la cuisine.

[1] Les faits de ce hoax sont avérés réalistes et plausibles mais son origine est non déterminée.

[2] Sauf, après recherches sur la chose, si celui-ci est percé jusqu'au jaune.

Bibliographie et informations complémentaires :